Paris le 9 aout 1966

Ma chère petite Suzanne

Je vous adresse tous mes meilleurs vœux d’heureuse fête, ainsi que mes souhaits de continuation de bonnes vacances pour vous et votre maman.

Conformément à votre recommandation, je ne vous écrirai que quand je serai parvenu à Concorès.

Je vous embrasse de tout cœur.

Henry

Paris le 9 aout 1966

Ma chère petite Suzanne

Excusez mon étourderie. Je m’aperçois que j’ai laissé sur ma table la petite offrande que je vous destine à l’occasion de votre Fête.

Je viens donc ici combler ma perte de mémoire et vous quitte en vous embrassant bien affectueusement.

Henry

Les commentaires sont fermés.